Rechercher

Quand les rebelles de la "Gestes barrières académie" prennent le micro...

Mis à jour : oct. 9

Selon l’étude IFOP réalisée en septembre, 86% des personnes interrogées se disent inquiètes à l’égard des conséquences économiques de la crise du Coronavirus et 67% se disent inquiètes pour eux et leurs familles. Néanmoins, il apparaît que le respect des gestes barrières n’est pas appliqué par la totalité de la population (ou bien alors avec une certaine marge de liberté) comme l’indiquent les articles de presse et le ton plus offensif de la communication du gouvernement via la vidéo « on peut tous être touchés ».


Comment expliquer ce qui semble à première vue être une situation paradoxale : crainte d’un risque et non-respect de consignes présentées comme pouvant éviter (ou du moins limiter) ce même risque ?


Imaginons ensemble un épisode de l’émission « Gestes Barrières Académie » où cette semaine se confrontent trois candidats rebelles…

Le premier candidat avance, non masqué, il cherche le soutien de ses camarades par le regard et vient faire une accolade chaleureuse au présentateur de l’émission avant d’entamer sa chanson:


Tu es de ma famille De mon ordre et de mon rang Celle que j'ai choisi, celle que je ressens Dans cette armée de simples gens

(Jean-Jacques GOLDMAN)


L’étude IFOP mentionnée plus haut révèle que, si 85% des personnes interrogées indiquent éviter systématiquement de serrer la main à un inconnu, cette proportion se réduit à 64% lorsqu’il s’agit de serrer la main d’un proche. De même, 68% des personnes actives interrogées indiquent porter systématiquement un masque sur leur lieu de travail ; soit 32% de personnes ne portant pas le masque malgré l’obligation de son port en entreprise depuis le 1er septembre 2020 (score le plus faible : 38% le portent chez les commerçants & artisans, et le plus élevé : 75% chez les professions intermédiaires).


Ce phénomène peut se rapprocher du concept de « stratégie collective de défense » que DEJOURS a développé: construction d’une idéologie collective mettant à distance les risques en lien avec l’environnement et le métier. Pour être opératoire, l’idéologie défensive doit obtenir la participation de tous les intéressés et se poursuivre dans les différentes sphères professionnelles et personnelles de l’individu. Dans le cas présent, l’idéologie collective déployée pourrait être une croyance en l’invulnérabilité de l’ensemble des membres du groupe (professionnel, familial …) et donc une certaine prohibition du port du masque mettant à mal cette croyance. Cela peut se traduire par la phrase: « Pourquoi tu mets ton masque ? Tu ne nous fais pas confiance ? ».

Suite aux dernières notes de son camarade, la seconde candidate s’approche. Nonchalamment elle se saisit du micro (désinfecté comme il se doit par les techniciens plateau), chante et arrive au refrain…


J'y pense et puis j'oublie C'est la vie, c'est la vie

(Jacques DUTRONC)


L’existence et la circulation du virus font parties de nos vies depuis plusieurs mois, elles se sont inscrites dans notre vie quotidienne. Les statistiques rappellent à la population que le nombre de cas déclaré est important mais nombre sont ceux qui soit ne connaissent pas de personnes ayant été atteintes, ou bien connaissant des personnes ayant contracté le virus sans hospitalisation et avec absence de séquelles par la suite (468 069 cas confirmés, 93 538 personnes retournées à leur domicile suite à hospitalisation et 31 416 personnes décédées selon le site du gouvernement au 22 septembre 2020). Cette phrase entendue dans les transports en commun vient illustrer ce propos : « Vous en connaissez-vous des personnes qui sont mortes du Covid ? Y’en a moins que de morts du cancer !».


« Tout se passe comme si l’expérience négative d’un risque accroît le risque perçu en éveillant la disponibilité et l’accessibilité des événements fâcheux ; à l’inverse, une exposition prolongée sans préjudice perceptible ou identifiable pourrait contribuer à abaisser le niveau de risque perçu. » (KOUABENAN & al 2007). Ainsi, n’ayant pas été en contact avec des situations graves liées à la Covid 19, nombre de personnes attribuent un risque faible à une éventuelle contamination par ce virus et donc ne ressentent pas la nécessité de s’en protéger.

Arrive le dernier candidat de cet épisode, l’ambiance est pesante sur le plateau car, suite à des doutes sur l’interprétation des votes du public par le présentateur, la relation s’est un peu tendue entre les deux hommes. Avec un petit sourire en coin le chanteur réalise sa performance :


Je peux bien vendre mon âme au Diable Avec lui, on peut s'arranger Puisqu'ici tout est négociable mais vous n'aurez pas Non vous n'aurez pas Ma liberté de penser Ma liberté de penser

(Florent PAGNY)


Selon l’étude IFOP, 59% des personnes interrogées n’accordent pas leur confiance au gouvernement pour faire face efficacement au coronavirus. Or, « accepter ou se soumettre à l’autorité revient à « reconnaître » la volonté ou le jugement d’un autre comme base suffisante pour lui donner son assentiment » (VANDROY-FRAIGNEAU, 2004). Ainsi, l’Etat n’ayant pas la confiance de la population, ce dernier n’incarne pas d’autorité légitime en ce domaine et ses ordres peuvent être remis en cause.

Le générique de fin est lancé, le présentateur indique le nom du vainqueur de ce soir mais le bruit de fond ne permet pas d’entendre le résultat… peut-être cela sera-t-il mieux retransmis sur le replay…

Les candidats des prochaines semaines cherchent encore leurs titres sur les thèmes du biais d’invulnérabilité, le besoin de contact physique suite à une baisse d’ocytocine durant le confinement… et se demandent si les mesures récentes prises à Marseille-Aix vont impacter leur choix à venir…

Bibliographie (accessible en ligne):


- Kouabénan Dongo Rémi, Cadet Bernard, Hermand Danièle et al., « Chapitre 6. Des facteurs structurants aux biais ou illusions dans la perception des risques », dans : Dongo Rémi Kouabénan éd., Psychologie du risque. Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, « Ouvertures psychologiques », 2007, p. 77-89. DOI : 10.3917/dbu.kouab.2007.01.0077. URL : https://www.cairn-int.info/psychologie-du-risque--9782804155438-page-77.htm


- Vandroy-Fraigneau Marie-Anne, « Les résistances à l'autorité », Hypothèses, 2004/1 (7), p. 201-213. DOI : 10.3917/hyp.031.0201. URL : https://www.cairn-int.info/revue-hypotheses-2004-1-page-201.htm


Sites internet :

- https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2020/09/117000-Rapport-CN-SR-N107.pdf (consulté le 21/09/20)

- https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/carte-et-donnees


Photo by C D-X on Unsplash

165 vues

©Copyright 2019 Kaléis - Anne-Claire Garnier | Création site internet Monsieur Lucien