Rechercher

J'veux du soleil dans ma mémoire, J'veux du soleil, J'veux du soleil (Au p'tit bonheur)

Dernière mise à jour : août 27

C’est le jour de la reprise pour Sam suite à ses congés estivaux… et qui dit reprise dit traditionnelle question :

« Alors tes vacances ? tu nous reviens en forme ? »

Ce à quoi cette année Sam s’entend répondre :

« Oui ça va. Enfin, je dirai plutôt « maussade » comme la météo …»


Comme Sam, certaines personnes peuvent ressentir un effet de la météo sur leur moral. En effet, 80% d’entre nous déclarons que notre humeur est impactée par la météo ( une forme pathologique existe mais ne toucherait, elle, que 3% de la population). G.VANDEWALLE, chercheur en neuroscience du comportement, nous aide à comprendre ce phénomène : la luminosité a un impact direct sur certains neurotransmetteurs et stimule la production de sérotonine qui intervient dans la régulation de l’humeur. Ainsi, en raison du manque de soleil de ces dernières semaines, la production de sérotonine peut être plus faible qu’à la normale.


Collègue : « C’est sûr que cette année tu n’as pas eu de chance … »


P.PERIER (2014) souligne la dimension sociale des congés estivaux : « Les vacances, et particulièrement sous la forme du voyage, représentent désormais l’une des figures privilégiées du bonheur (aux côtés bien sûr de la famille et de la maison). ». Il précise que «les vacances doivent apporter leur lot de souvenirs, d’instants inoubliables et de paysages radieux, marquant ainsi l’histoire heureuse des individus et du groupe. Elle représentent un cadre idéal d’enregistrement de souvenirs, que la famille s’attachera par la suite à entretenir par des films et albums qui racontent l’histoire conjugale et familiale. Ce sont aussi des rémanences d’images et de sensations incorporées qui ramènent à soi, dans l’intimité des songes personnels, le bonheur des vacances passées ».

Le soleil et le ciel bleu, avec sa dimension de « soleil vainqueur des nuages » sont des ingrédients majeurs de vacances réussies. En effet, « l’héliotropisme de masse s’est développé avec le début des congés payés, dont l'apogée, dans les années 1960, eut pour slogan le fameux sea, sun and sand (+ sex). Le phénomène a concerné essentiellement les habitants des grandes zones urbanisées où s’était opérée une rupture d’équilibre dans la symbiose homme-milieu naturel avec l'accélération des rythmes, les agressions dues aux bruits, aux lumières artificielles, la compétitivité pour ne pas dire le Culte de la performance (Ehrenberg, 1991), engendrant fatigue et stress » (N.PHELOUZAT, 2010) .


Des vacances vécues comme non satisfaisantes ne rempliront peut être pas pleinement leur fonction d’ « antidote », soulignée par P.PERIER. Ainsi repartons-nous moins équipés pour surmonter le quotidien et ses éventuelles difficultés.


Sam : « Oui et puis au-delà de ça, vois-tu, ces phénomènes météo m’interrogent. Ça ne me donne pas l’impression que nous allions dans le bon sens pour les questions environnementales etc »


Suite au premier confinement, nous avons pu observer une mobilisation plus forte de la population concernant les sujets d’écologie. Un an après, un sondage IFOP confirme la persistance de ce mouvement : près de 9 Français sur 10 (88%) pensent qu’il est important d’agir pour la protection de l’environnement. Or, concernant la météo, « dès que nous constatons un écart un peu trop prononcé par rapport à la normale, du moins à ce qui à nos yeux est normal, aussitôt nous ne pouvons nous empêcher aujourd’hui de l’indexer sur… l’idée d’un prochain changement radical et global du climat » (M. de la Soudière, 2017).


Cette météo estivale, décalée de notre représentation d’un été normal, pourrait donc alimenter des craintes liées aux enjeux écologiques actuels.


Collègue : « Je vois qu’effectivement le moral n’est pas au beau fixe. On va essayer de t’aider à retrouver le sourire promis ! ».


Comme lors des rentrées des classes, chacun aborde la reprise du travail en fonction de sa personnalité, de ce qu’il a vécu durant cette période de pause professionnelle. Les uns seront surexcités de retrouver leurs collègues pour raconter leurs vacances ou retrouver leurs dossiers en attente, quand d’autres seront plus sur la réserve pour des raisons qui leurs sont propres. Ainsi, le moment de reprise est un des moments clés dans la vie d’une équipe où il est important de veiller à la cohésion et au bon accueil de chacun lors de son retour.


Si toutefois vous vous reconnaissez dans le personnage de Sam, n’hésitez pas à en faire part à votre entourage et, si besoin à un professionnel de santé.


Références :

- de La Soudière Martin, « Le changement climatique, une « grande peur » collective ? », Communications, 2017/2 (n° 101), p. 173-185. DOI : 10.3917/commu.101.0173. URL :

https://www.cairn.info/revue-communications-2017-2-page-173.htm

- Phelouzat Nicole, « Beaux temps et bonnes humeurs », Corps, 2010/1 (n° 8), p. 49-56. DOI : 10.3917/corp.008.0049. URL :

https://www.cairn.info/revue-corps-dilecta-2010-1-page-49.htm

- Périer Pierre, « Les vacances, plaisir exigé », Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, 2014/6 (N° 35), p. 18-18. DOI : 10.3917/gdsh.035.0018. URL : https://www.cairn.info/magazine-les-grands-dossiers-des-sciences-humaines-2014-6-page-18.htm

- https://www.franceculture.fr/sciences/luminotherapie-pourquoi-votre-cerveau-est-addict-la-lumiere

- https://www.ifop.com/publication/un-an-apres-le-1er-confinement-le-monde-dapres-est-il-entre-dans-la-vie-et-le-coeur-des-francais/


photo: Autumn Mott Rodeheaver


et pour le plaisir:

J'veux du soleil par Au p'tit bonheur : https://www.youtube.com/watch?v=3uStC_JW4XU




85 vues0 commentaire